Ressources documentaires des Archives nationales

Créées pendant la Révolution française, les Archives nationales conservent les documents des différents régimes politiques qui se sont succédé, du VIIe siècle à nos jours, ainsi que des archives privées et les minutes des notaires parisiens. À la pratique du secret d’État, en vigueur sous l’Ancien Régime, a succédé depuis 1794 la publicité et la communication des archives de l’État, principes garants de tout régime démocratique.

La base de données Archim

Archim est une base de documents d'archives conservés au Centre historique des Archives nationales. Elle propose au public la consultation en ligne de documents numérisés : constitutions françaises, gravures, estampes, cartes postales, photographies, plans d’édifices publics…
Les documents d’archives y sont classés par dossiers thématiques ou par fonds (selon l'ordre dans lequel ils ont été classés par leur administration d'origine). Pour un thème n'apparaissant pas au menu, une démarche de recherche consiste donc à identifier les différents producteurs qui ont eu à le traiter, puis à sélectionner les documents les plus pertinents.

Le service éducatif des Archives nationales

Sa vocation est de répondre aux attentes plus particulières des enseignants de toutes les disciplines, de les accompagner dans leurs projets (itinéraires de découverte, classes à projet artistique et culturel, travaux personnels encadrés, enseignements d’exploration, histoire des arts, éducation artistique et culturelle, par exemple) et de leur faire découvrir les ressources des Archives nationales.

Accéder au site

Référence bibliographique : « Le service éducatif des Archives nationales. Par chemins de travers »

Souvent pionnier en terme de valorisation culturelle, le service éducatif entend, par cet ouvrage, mettre le résultat de ses pratiques et de ses réflexions à la disposition des acteurs de l'enseignement et de la culture. Elaboré en lien étroit avec des responsables des services de la conservation et le monde universitaire, il attire l'attention sur les pratiques pédagogiques les plus à même de répondre à la préoccupation fondatrice qui a présidé à sa création : mettre les élèves en contact direct avec une source essentielle de l'écriture de l'Histoire.